12.06.2018 > Suivi de mesures compensatoires

Dans le cadre de la mise en œuvre de mesures compensatoires environnementales, Rivière Environnement vient de contractualiser un contrat de Maîtrise d’Ouvrage déléguée et de suivi sur une période de 30 ans.

Il s’agit de compenser la destruction d’une zone humide et d’habitats d’espèces protégées par le biais notamment de la gestion d’une prairie humide et d’un réseau de fossés, de la création et l’entretien de deux mares, la restauration d’une ripisylve.

Double nouveauté donc avec le premier contrat de 30 ans et le premier contrat de Maîtrise d’Ouvrage déléguée du bureau d’étude.

prairie

11.06.2018 > L’indicateur écologique au service de l’expertise naturaliste

Pour caractériser, évaluer et suivre la biodiversité, l’utilisation d’indicateurs fiables est nécessaire. Lorsque cela s’avère utile quant à l’objectif d’étude poursuivi, Rivière Environnement met notamment en œuvre le calcul et l’interprétation de l’Indicateur de Qualité Ecologique (IQE), basé sur 6 jours d’inventaires naturalistes, et de sa variante basée sur une seule journée d’inventaire, l’Indicateur de Potentialité écologique (IPE).

Appréhender la biodiversité d’un site ou d’un territoire fait partie des principales missions du bureau d’études Rivière Environnement.

Dans ce cadre et afin de proposer à nos clients des méthodes scientifiques d’expertises et de définition de niveau d’enjeux reconnues et qui soient adaptables aux caractéristiques du secteur d’étude, nos écologues ont été formés pour appliquer l’Indicateur de Qualité Ecologique (IQE) et sa version simplifiée, l’Indicateur de Potentialité Ecologique (IPE).

Cet  indicateur de biodiversité synthétique permet d’évaluer la biodiversité et la fonctionnalité écologique d’un site ou d’un territoire d’une superficie généralement comprise de 10 à 100 ha. Et ce que le site en question soit ou non aménagé, mais principalement sur les sites aménagés. Lorsque le site est dégradé, l’application de l’indicateur permet de s’engager dans la préparation d’une phase opérationnelle de mise en œuvre et de suivi de mesures de gestion et d’aménagements écologiques (génie écologique).

De plus, ces indicateurs de biodiversité s’inscrivent dans un processus d’homogénéisation et de normalisation des études écologiques, dans un souci de cohérence, de lisibilité et de reproductibilité des diagnostics écologiques.

Ces indices, développés par le Muséum National d’Histoire Naturelle, reposent sur des inventaires de terrain méthodologiquement encadré prenant en compte :

  • la diversité biologique (des habitats, des oiseaux et des micro‐habitats),
  • la patrimonialité des habitats naturels et des espèces,
  • la fonctionnalité écologique.

Plutôt que l’appréciation d’une valeur absolue, le protocole, standardisé et donc reproductible, permet d’attribuer au site d’étude « une note » fonction de sa valeur écologique et liée à son potentiel de restauration. Cette note chiffrée sert de repère, notamment pour suivre l’évolution du site dans le temps, ou mesurer l’impact d’aménagements ou de mesures de gestion. La note est de plus à relativiser en fonction du contexte écologique, de la taille des sites, de l’ancienneté des aménagements, etc.

L’indicateur de potentiel écologique  prend en compte divers aspects, reflets de la qualité écologique. Le protocole permet notamment de comparer des sites entre eux en vue d’une aide à la décision pour le gestionnaire ou l’aménageur.

En effet, l’IQE et l’IPE sont avant tout des outils d’aide à la décision qui synthétisent l’information, mais ne la dégradent pas. Ils permettent de dialoguer avec les différentes parties prenantes autour de l’enjeu biodiversité et de suivre l’évolution de la qualité écologique d’un site en s’appuyant sur des critères standardisés et révélateurs.

Sans remplacer forcément les protocoles habituels qui permettent une plus grande exhaustivité des diagnostics applicables notamment dans le cadre des démarches règlementaires de type étude d’impact ou autorisation environnementale (http://riviere-environnement.fr/tous-publics/etudes-reglementaires/), Rivière Environnement applique l’IPE sur plusieurs projets en cours que ce soit pour des maîtrises d’ouvrages publiques ou privées. Et ce, que les projets menés s’insèrent dans des études préalables à des opérations d’aménagement, dans la mise en œuvre de la démarche éviter, réduire, compenser (dite « démarche ERC »), de gestion à but écologique ou dans des démarches de restauration de la nature (http://riviere-environnement.fr/collectivites-gestionnaires/gestion-de-sites/) en lien ou non avec la mise en œuvre de mesures compensatoires (http://riviere-environnement.fr/tous-publics/mesures-compensatoires/).

Observation avifaune

 

Par exemple, nous l’appliquons dans le cadre de l’étude de caractérisation du potentiel écologique du foncier de Bordeaux Métropole actuellement en cours.

26.01.2018 > Bonne année 2018

Toute l’équipe du bureau d’études Rivière Environnement vous souhaite une excellente année 2018.

Carte_de_voeux_RE_2018

A cette occasion, nous avons le plaisir de vous annoncer la transformation fin 2017 de la SARL en SCOP (société coopérative) par la transmission de la société à ses salariés.
Françoise Gross, dirigeante historique, prend une retraite méritée, tout en restant consultante et collaborant avec la SCOP.
Romain Comas lui succède en tant que gérant et souhaite, au nom de l’équipe, inscrire la continuité de l’entreprise dans une participation active à la transition écologique des territoires.

Retrouvez notre plaquette de présentation sur le lien suivant :

Capture

Plaquette de Présentation Rivière Environnement

Françoise GROSS prend sa retraite et Rivière Environnement devient une SCOP

1730

Une page se tourne pour Rivière Environnement en ce 20 décembre 2017.

Françoise GROSS, créatrice et directrice de la société, prend sa retraite bien méritée après 27 ans à la tête de la société. Les employés se sont associés pour poursuivre l’aventure Rivière Environnement, qui a désormais le statut de SCOP (Société Coopérative et Participative).

Mais Françoise ne s’en va pas complètement. Elle continuera d’intervenir pour Rivière Environnement de manière plus ponctuelle en tant que consultante.

Guide effacement / arasement de seuils en rivière

Le guide d’accompagnement des porteurs de projet établi à l’initiative de l’association Demain 2 Berges, en co-maîtrise d’ouvrage avec l’Union des Fédérations de Pêche du Bassin Adour-Garonne (UFBAG) auxquels nous avons participé en tant que rédacteur est maintenant disponible sur le site de l’association notamment :

http://www.demain-deux-berges.fr/guide-effacement-d-arasement-de-seuils-en-riviere-133.html

Le guide issu d’un travail de synthèse des connaissances et des réflexions menées sur le territoire Adour Garonne, mais également d’échanges, de contributions, de concertations et de retours d’expériences, se veut offrir des outils permettant l’émergence de nouveaux projets … de l’appréhension du contexte local à la rédaction du CCTP.